Vos achats

Vous pouvez aider très efficacement la Planète (et souvent, vous simplifier énormément la vie…) en consommant différemment

Eco-consommez

C’est-à-dire régulez votre consommation personnelle et modifiez certaines de vos habitudes, pour acheter moins, pour consommer moins, pour consommer mieux, et pour économiser au maximum les ressources naturelles (matières premières, énergie, etc.) de notre planète.

Trouvez sans cesse des idées pour « ne pas passer à la caisse »

Pour ne pas passer à la case obligatoire «achat». Par exemple : louez, échangez, empruntez, partagez, réutilisez, réparez, rénovez, recyclez, valorisez, troquez, etc. En cherchant, vous trouverez sans cesse et de plus en plus d’opportunités et d’idées.

Passez du jetable au durable, chaque fois que vous le pouvez

Préférez l’éponge, le torchon, la serpillière et le chiffon (que vous pouvez tous utiliser plusieurs fois : il suffit de les laver, et c’est reparti !), aux rouleaux de papier essuie- tout, à la lingette imprégnée de produits lavants et antibactériens, etc., qui sont tous à usage unique : une fois utilisés, vous ne pouvez pas les réutiliser.

Dans le même esprit : à chaque fois que c’est possible, préférez la cuillère en métal et la tasse traditionnelle en terre cuite ou en porcelaine au gobelet en plastique et sa dérisoire «touillette» dans la même matière ; préférez les produits conditionnés en éco-recharges (shampooings, lessives, etc.) par rapport aux produits jetables; préférez les rasoirs à lames interchangeables (ou le rasoir électrique, si sobre en électricité et dont la durée de vie est souvent étonnante) aux rasoirs jetables ; préférez les stylos rechargeables aux stylos jetables ; et préférez les piles rechargeables aux piles traditionnelles à usage unique, etc.

Privilégiez toujours l’achat d’appareils labellisés « NF-Environnement »

Ou titulaires d’un éco-label Européen.

Choisissez le plus souvent possible des appareils robustes

Solides, dont les matériaux et les procédés de fabrication leur assureront une durée de vie a priori la plus longue possible.

Choisissez le plus souvent possible des appareils qui se réparent très facilement

Ou automatiquement, comme ces appareils électroménagers à fusible thermique, qui re-fonctionnent exactement comme avant dès que l’appareil s’est refroidi… La longévité de ces appareils qui peuvent être facilement réparés est parfois étonnante, surtout si les éventuelles pièces de rechange nécessaires sont disponibles, à coût modéré, et pendant de longues années…

Abstenez-vous formellement d’acheter tout animal ou tout végétal protégé

De même que tout produit issu de ces espèces protégées, même si leur commerce est encore parfaitement légal ou toléré dans le pays que vous visitez. Et en particulier, n’achetez pas d’objets en ivoire, pas d’objets en écaille de tortue marine, pas de fossiles, pas de plantes rares, pas de bois rares, etc. Non seulement vous risquez de graves ennuis à la douane, mais vous pourriez contribuer à mettre en péril les ressources naturelles du pays d’origine. Au contraire, favorisez l’emploi et le développement local en achetant des produits de l’artisanat local : vous rapporterez des souvenirs qui seront encore plus beaux à vos yeux comme aux yeux de votre planète !

Ne cueillez pas de fleurs dans les parcs nationaux et dans les lieux protégés

Sans le savoir, vous pouvez mettre une espèce en danger, et en plus vous allez priver les prochains randonneurs du plaisir de voir également ces beautés de la nature.

En montagne et sur les côtes protégées, marchez sur les sentiers balisés

Pour ne pas dégrader la végétation, et ne pas éroder le sol et entraîner des effondrements.

Achetez des produits locaux

Dans la mesure du possible, n’encouragez pas le transport de marchandises sur de longues distances. Favorisez les produits locaux et achetez vos produits frais sur le marché pour encourager l’insertion par l’activité économique et des circuits d’acheminement plus courts entre producteurs et consommateurs (la suppression des intermédiaires fait souvent économiser au produit des centaines de kilomètres inutiles, surtout s’il existe plusieurs grossistes et centres de stockage tout au long de la chaîne d’approvisionnement I) donc plus respectueux de l’environnement. Idem, préférez les commerces de proximité à l’hypermarché installé en périphérie, souvent accessible uniquement en voiture ! Enfin, soyez attentif car certains pesticides interdits chez nous sont souvent encore utilisés dans d’autres pays pour la culture des fruits, légumes et autres grains de café: encore une fois, mangez « local ».

Privilégiez, les produits éthiques (vendus sous l’appellation « commerce équitable »)

Ils contribuent à des échanges commerciaux équitables entre le Nord et le Sud, et se reconnaissent sous de nouvelles marques, telles que «Artisans du monde», et sous le label Max Havelaar.

Achetez des fruits et des légumes de saison

Ne favorisez pas le développement des cultures hors saison. Les fruits et légumes de saison permettent de varier les plaisirs tout au long de l’année, ils sont meilleurs et plus sains, alors que hors saison, ils proviennent de cultures spécialisées toujours très gourmandes en matières premières et en énergie, ou de pays lointains et alors, leur transport (souvent par avion) a nécessité une dépense considérable d’énergie qui augmente la pollution et favorise le réchauffement climatique. Par exemple, un kilogramme de tomate hors saison équivaut à un dégagement moyen de 1 070 grammes de C02, le principal responsable de ce réchauffement de la planète : 1 070 grammes de C02, soit plus que son propre poids !

Évitez de manger des fruits exotiques

Leur transport jusqu’ici a toujours nécessité d’importants transports polluants, dont l’équivalence en dégagement de C02 est quasiment toujours très supérieure au propre poids des fruits exotiques en question !

Utilisez des paniers, des cabas

Ou des sacs en tissu, quand vous faites vos courses, et réutilisez les emballages spéciaux (œufs, lait, etc.) fournis par vos commerçants. Autant que possible, évitez les sacs en plastique non recyclables si l’on vous en propose, et expliquez bien pourquoi… En réussissant à convaincre un commerçant, une caissière ou son patron, vous ferez peut-être économiser des milliers et des dizaines de milliers de sacs en plastique à toute la planète !

Mangez le plus bas possible dans la chaîne alimentaire, à chaque fois que vous le pouvez

C’est-à-dire mangez en priorité des légumes, des fruits, des céréales, etc. Et donc en évitant à chaque fois que vous le pouvez la viande des volailles, et a fortiori tout ce qui se trouve encore plus haut dans la chaîne alimentaire, comme par exemple la viande des gros herbivores. La raison est sinnplissime : essayez de vous représenter mentalement TOUT ce que vous consommez en viandes diverses chaque année…

En France, la moyenne tourne autour du quintal de viande par habitant.

Chaque année ! Et maintenant, dites-vous que pour obtenir seulement 1 000 grammes de bœuf dans un élevage, il aura fallu que l’animal consomme dans sa vie en moyenne 15 kilogrammes de céréales et autres aliments divers, et qu’il boive au total plus de 10 000 litres d’eau. (Sans compter en plus tout ce que son éleveur aura dû consommer en énergie, pétrole, produits chimiques, produits vétérinaires, etc.)

Juste pour vous donner un ordre d’idée, dites-vous que pour obtenir 1 kilogramme de viande, un éleveur aura dû consacrer moitié moins de céréales et autres aliments pour un porc ; et encore moitié moins pour un poulet (soit 4 fois moins de céréales pour un poulet que pour un bovin).

C’est donc à vous de choisir :

à chaque fois que c’est possible, mangez en priorité des légumes, des fruits, des céréales, et si vous souhaitez vraiment manger de la viande, préférez la volaille, le lapin et les viandes blanches.

Pourquoi ne pas manger végétarien deux repas par semaine ?

De nouvelles recettes gastronomiques végétariennes sont mises au point très régulièrement, découvrez-les sans tarder pour votre plus grand plaisir, et pour en faire profiter tous vos proches. Consultez les magazines (de plus en plus nombreux) et les sites Internet spécialisés. Informez-vous sur le végétarisme (et même le végétalisme, c’est-à-dire le fait de se passer progressivement de tout produit animal : aucune viande ni œuf ni produits lactés et tous leurs dérivés) : prenez votre temps, laissez votre corps réagir et s’entraîner, prenez régulièrement conseil (notamment auprès de votre médecin), et vous serez sans doute très étonné par toutes les vertus d’une alimentation saine et équilibrée, mais débarrassée de toute protéine et de toute graisse d’origine animale…